Vista

A l’heure où Vista ne fait pas l’unanimité et ou la version Ultimate s’est distribuée à la pelle pour faire les yeux doux à la presse, je me lance, je vais tester Vista telle l’utilisatrice lambda que je suis. Et pour pousser la simulation à l’extrême, j’ai même payé pour, comme ça, aucun état d’âme. Vu le prix de la version Ultimate, ma dévotion s’est consciencieusement arrêtée à l’option Premium (soit la version un poil mieux que la basique pour me faire croire que j’ai un minimum de privilèges). C’est parti pour un témoignage qui sent le vécu et le sable chaud (rayer la mention inutile), notez tout de même que mes connaissances informatiques sont tout ce qu’il y’a de plus hasardeux, ce n’est donc pas un test de Vista à proprement parler, mais plutôt une réflexion autour de mon expérience si tant est qu’elle vous soit bénéfique.

And now, something different !

En premier lieu, je fais mes adieux à XP. Adieux à mon ancien PC aussi, car Vista est bien trop gourmand pour une antiquité de...2 ans. Bon en même temps, avec moi il en a vu de toutes les couleurs, je l’ai torturé, formaté à tort et à travers, collectionné les plantages explorer et j’ai même eu quelques moments de solitude avec le blue screen of the death. C’est non sans une larmouille que je m’en suis séparée, c’est qu’on s’y attache à ces petites bêtes là. Pour la petite histoire, et pour éviter le e-waste il ira finir ses jours chez ma grand mère. Je ne qualifierai pas cela de retraite sachant comment il va être torturé par les fantaisies informatique de mémé mais ceci est un autre sujet...

Alors c’est parti pour le changement ! Armée d’un dual core et d’un GO de ram, je ne pars pas non plus avec une bête de compétition étant donné que le dernier bébé de Microsoft est réputé gourmand en installation et que je lis ici et là que 2GO de ram sont largement les bienvenus pour réellement en profiter.
je vous passe les détails de l’installation, sans réel intérêt à mes yeux. Puis Vista démarre enfin...

- Euh...c’est quoi mon texte ?

- Psst ! c’est « Whaou »

- Ah oui !

Wouhou !

Enfin, ça, c’est ce que la pub aimerait vous faire croire. Si vous vous êtes arrêté à Windows 95 vous avez effectivement toutes les chances de vous laisser envahir par l’émotion. Si vous ne vivez pas dans un blockhaus et que vous avez suivi un tant soit peu le mouvement, vous constaterez qu’ effectivement Vista est de prime abord agréable. Effets transparents, lisses, arrondis, laqués : Rien à redire, c’est très joli tout ça. Maintenant si jamais vous étiez habitués à customiser votre « vieux » XP (avec Vista Inspirat, pour ne citer que lui), aucune chance pour que vous ayez la révélation du type de la pub qui croise un gnou dans la neige (ce n’est pas un gnou ? Peu importe).

Et là, c’est le drame. J’ai le blues post-XP, je vous assure, ça existe : ce méchant Vista il m’embête tout le temps, par exemple il veut me caser avec Norton alors que j’avais réussi à le plaquer en grande pompe sur XP. Et là pan, je repars à zéro, je n’ai plus la maîtrise de la situation, démunie face à la nouveauté. Ah, et quand je dis à zéro, je ne fais pas les choses à moitié...mon clavier et ma souris sans fil ne fonctionnent plus...forcément, ils ne sont pas adaptés à Vista.Sans parler des drivers Nvidia pas très au point et autres périphériques plus à jour (mon imprimante...). Sachant que c’était un clavier Microsoft, ça la fout mal non ? Bon, j’ai repris un vieux clavier, les câbles y’a que ça de vrai. Tu parles d’une évolution.

C’est votre dernier mot ?

Je disais donc, Vista joue la mère juive affolée : plein de bonnes intentions, mais très vite envahissant voire étouffant : la moindre action se transforme en dialogue avec Jean Pierre Foucault.

- Je voudrais installer l’anti-virus de mon choix siouplait (Norton, fais tes valises).

- Vous êtes sûre ?

- Euh...oui oui

- Moi je dis ça mais je dis rien, mais votre truc il est pas signé made in chez nous. Vous viendrez pas vous plaindre après si le PC explose hein !
Oui !

- Vous ne voulez pas un petit appel à Bill, ni l’avis du public ?
- ...

Enfin tout ça pour dire qu’au départ, et avant de trouver comment supprimer la protection du compte utilisateur, le moindre changement entraîne jusqu’à trois demandes de confirmation, c’est limite si on entend pas le coq chanter juste après.

Évidemment ce sur-protectionnisme qui est un des principaux arguments de Vista va de pair avec la désagréable impression d’être surveillé (si seulement ce n’était qu’une impression...) un peu comme si on s’attendait à voir débarquer l’inquisition espagnole d’un seul coup.

Nobody expects the spanish inquisition !

Désolée, je ne sais pas pourquoi j’ai des envies de Monty Pythoneries aujourd’hui, la compréhension du texte s’en ressent pour les non initiés, mais comme c’est mon témoignage, c’est moi qui décide, na.

Le moins qu’on puisse dire c’est que l’effet Vista m’a remise dans le droit chemin. Moi qui ai toujours partitionné à tout va et qui ai toujours boudé le dossier « mes documents », et bien pour le coup, tous mes fichiers sont sagement rangés dans les endroits prévus à cet effet par Vista, du moins tant que je suis en terrain inconnu.

Inconnu ? Non en fait, pas tant que ça. A naviguer à travers l’OS, on se retrouve rapidement avec une impression de déjà vu. Au final bon nombre de menus sont exactement les même qu’XP avec plus de cosmétiques et on reprend vite ses marques.

Veni Vidi Vista ?

J’ai été un peu cruelle, je pense que je viens de faire pleurer quelques développeurs Microsoft en déclarant que Vista était un XP maquillé. Vista est le fruit d’un travail colossal et malgré un accouchement dans la douleur (sortie sans cesse repoussée, promesses revues à la baisse) on ne peut nier la progression dans le confort d’utilisation.

Le problème, c’est qu’il est de notoriété publique que Microsoft, malgré sa suprématie, n’est plus l’unique alternative pour profiter pleinement de l’informatique. Le challenger le plus acharné est bien sûr Macintosh et son armée de fans convaincus et convaincants avec leur cortège d’arguments anti-cro$oft.
Cette fois, ils ont une nouvelle raison de grincer des dents : Vista sent la pomme, un peu comme quand Internet Explorer sent le renard en feu après des années de retard sur Firefox (je viens d’inventer l’article en odorama, chic ! à vous le délicat fumet de bestiole cramée). Ok, Microsoft s’est passablement « inspiré » au passage...et donc ? On fait quoi maintenant à part s’en indigner dans tous les recoins du web ? Si vous êtes passés du bon côté de la force, tant mieux pour vous. A la rigueur, passez sous Linux vous allez carrément sortir de la matrice ! Rien qu’a voir les vidéos qui vantent les mérites de Beryl on a envie nous aussi de passer des heures à secouer des fenêtres gélatineuses et à regarder nos vidéos à cheval sur l’arrête d’un cube, c’est tellement plus pratique comme ça.

Extrême Makeover

En fait, c’est aussi inutile que de basculer entre les fenêtres sous Aero : A moins d’avoir ouvert un nombre de fenêtres aussi épais qu’un bottin où est l’intérêt ? Aucun, et pourtant quand on parle de Vista c’est systématiquement cet effet qui est montré en premier. Ce qui me pousse à la réflexion suivante, qui est valable pour tous les systèmes d’exploitation : l’avenir de l’ordinateur, c’est simplement du tuning qui en met plein la vue ? Effets aqua, fenêtres transparentes, aspect blob, gadgets qui polluent le bureau...n’ayant testé que Windows j’ignore si ce reproche est légitime pour la majorité mais ce qu’on nous laisse entrevoir sur la concurrence est tout aussi superficiel et à moins d’avoir envie d’en savoir plus, on à a priori aucune raison d’avoir envie de changer. Billou à de beaux jours devant lui. En attendant je ne me sens pas transcendée dans mes habitudes : qui me rendra réellement service ? Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Vista n’est pas un mauvais OS. En réalité son utilisation quotidienne est l’occasion de découvrir régulièrement des petites améliorations qui simplifient la vie et ajoutent du confort mais dont je ne sens pas la nécessité de vous parler ici : la recherche dans le menu démarrer, le zoom dans les dossiers par exemple. C’est agréable. Mais de là à nous faire croire qu’il s’agit d’une révolution il y’a du boulot.

   
 

Catégories

HighTech

Tags

PC

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus