Sense8 : la série que je ne pensais pas aimer (autant)

Au départ, je ne pensais pas regarder cette série. Mais j’en ai tellement entendu parler sur les réseaux sociaux/blogs que je me suis dit que je ne pouvais pas passer à côté.

Le pitch : 8 individus, disséminés dans le monde entier, se retrouvent soudainement connectés les uns aux autres, pouvant ainsi ressentir les émotions et percevoir les pensées de chacun et se transporter, en esprit, près des autres. Cela donne des situations cocasses mais surtout cela change la donne.

Je ne pensais pas aimer autant cette série. Autant vous le dire, le synopsis ne m’intéressait pas plus que ça ("pfff encore une série de science-fiction") et le premier épisode ne m’a pas particulièrement passionné. Mais les suivants m’ont réellement intéressé et mon engouement est venu soudainement, pour mon plus grand plaisir.
Je n’arriverais pas vraiment à lui donner un genre précisément, tant tout est mélangé, action, amitié, amour, psychologie, drame...

Pendant 13 épisodes, on suit 8 personnages tout à fait différents, opposés, mais qui finalement se complètent très bien lorsqu’ils doivent coopérer. Lorsqu’un des personnages a un problème ou se retrouve dans une situation inhabituelle, les autres peuvent intervenir et lui apporter leur savoir/force/technique...
Les tranches de vie de chacun sont passionnantes. Les 8 protagonistes vivent leurs vies, souvent à problèmes, et nous transportent dans leur univers. La série dépeint 8 tableaux, 8 ambiances et s’amuse à entremêler les cultures, les genres et les savoirs.

On s’attache très vite à chacun des personnages, car on partage tout, absolument tout avec eux. On les aime, on les déteste, on les pardonne, on s’émeut, on s’inquiète... Beaucoup d’amour et d’émotion se dégage de Sense8. Finalement, on se prend au jeu et on a l’impression, du moins l’envie, d’être une 9ème personne à composer ce cercle très fermé.

La saison 2 s’annonce encore plus forte puisqu’à la fin, tous les individus se connaissent réellement et se sont apprivoisés. Mais surtout, l’histoire s’accélère et la puissance qui les traque prend de plus en plus de place dans l’intrigue.

     
 

Catégories

Bidules

Tags

ArtVoir

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus

 @NoemieLacarelle