Sandrine chez Toy Story 3 [Episode 1] : Le voyage

Ça y est c’est le départ. Vous savez quoi, j’aime les longs voyages en avion. Bien sur parce qu’au bout, c’est souvent synonyme de vacances, d’expériences ou de rencontres, mais pas que pour ça. J’aime les voyages en avion parce qu’ils sont une vraie parenthèse. Pendant plus de 10h, je peux ne rien faire ! Mieux ! Me reposer et prendre le temps de savourer le moment. Imaginez, je peux lire, regarder des films bidons ou par chance pas si bidons, manger tranquillement une glace, m’assoupir sans qu’une petite voix me susurre « dis faut que tu penses au repas de ce soir », « Tiens la machine à laver est terminée, il faut lancer le sèche-linge », « dépêche-toi, ton RDV est dans 30 mns à l’autre bout de Paris ».

Oh bien sur, tout n’est pas rose. Il y a bien, mon voisin de gauche qui a d’immenses bras et qui pense que me mettre son journal dans la figure est normal, ouf, il a très vite lié conversation avec sa voisine de gauche, il faut juste que j’esquive régulièrement quand il s’emballe et qu’il fait de grands gestes. Il y a aussi la californienne ultra bronzée, blonde à nattes, non messieurs ne rêvez pas, elle a au moins 60 ans et son lifting a lâché, accompagné de son cow-boy de mari qui explose un verre de vin rouge sur le sac de sa voisine à une rangée de moi. Pour faire partir l’ordeur de vinasse, quoi de mieux que de s’asperger de Sonia Vanderbilt écœurant ? Et aussi à la rangée derrière, la famille hollandaise qui pense être seule dans la cabine et qui communique dans un niveau sonore contre-nature (Dieu que cette langue est laide).

Mais rien ne peut entacher ma béatitude ! Et justement comme j’ai la banane, le personnel navigant est encore plus adorable (que l’on ne me dise plus que sur Air France, ils sont grognons, ils sont tous aux petits soins et arborent de jolis sourires sincères). Qui vient-on chercher quand on survole le Groenland et à qui fait-on une place de choix dans l’espace des hôtesses pour mieux profiter du spectacle ? A bibi ! Un des stewards me demande même mon appareil photo pour prendre pour moi des clichés depuis la cabine de pilotage. Le bonheur !






Alors oui, je me pose et j’en profite. Je positive tellement que je trouve même les plateaux repas, pas mauvais du tout. Oui c’était plutôt bon...


Un grand remerciement à Gérald, steward de choc !

   
 

Catégories

Bidules

Tags

CinémaVoyage

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus