Ne touche pas à ma roussitude !

Nous les femmes, nous avons toutes un truc ou deux dans notre physique qui nous empêchent de sombrer dans une déprime profonde. Le ou les détails qui nous font dire le matin devant la glace, bon ce n’est pas extra tout ça, heureusement que j’ai ça et ça qui peuvent faire illusion, ou rattraper le coup, pour que je sois tout de même une femme fort bien dans sa peau. Moi, ce sont mes yeux (surtout celui qui a un grain de beauté à l’intérieur, oui cela fait bizarre de lire ça mais c’est fort joli), et mes cheveux roux !

Ma roussitude, c’est moi ! Et moi pas rousse, ce n’est plus du tout moi, et je ne suis vraiment plus la même. Bref... cette introduction faite... je vais pouvoir pousser mon coup de gueule.

L’autre jour, je vois passer une offre Groupon, où pour 45€ vous aviez une couleur, un vernis capillaire (je peux pas vous dire ce que c’est, je l’ai pas eu), une coupe chez le Camille Albane de la Rue de Charonne dans le 11eme. Joie, je suis, ce salon est vraiment très près de chez moi et en plus Camille Albane est réputée pour exceller dans le roux justement. Alors comme (pour une bête question de moyens financiers) je ne peux aller en ce moment chez mon coiffeur habituel (oui, il est excellent mais un des plus chers certainement de Paris), j’achète cette offre. Il faut dire que mon grand âge fait que je dois aller chaque mois chez le coiffeur pour masquer... mes cheveux blancs (oui, là je pleure).

Le jour du RDV, je suis prise en main par une certaine Jessie, coloriste du salon, à qui pour bien lui faire comprendre quelle couleur je veux (soit un roux cuivré et que cuivré), je montre des photos de moi. Elle me dit qu’il n’y a aucun souci et me balance dans les pattes d’une nana qui grommelle tout le temps, remarque elle n’arrête pas de se faire engueuler par la dite Jessie. Pour comprendre, ce salon submergé par les clientes Groupon, embauche du personnel intérimaire pour arriver à répondre à la demande. Donc ces pauvres filles sont un peu paumées. Mais je ne dois pas m’inquiéter, c’est la spécialiste couleur qui va préparer le mélange magique.

Une heure plus tard... j’ai les cheveux acajou... oui roux rouge... pas moi.. moche. Mais je suis une gentille, en fait, car quand elle me dit qu’elle ne comprend pas pourquoi, car elle n’a pas mis une once d’acajou que du cuivré 100% pur, je lui dit : bon j’espère que la prochaine fois, cela s’arrangera maintenant que vous savez comment mes cheveux réagissent...

Et oui, j’y retourne un mois plus tard (je suis une optimiste qui croit dans les deuxièmes chances). J’explique à Jessie en lui remontrant les photos que maintenant je veux vraiment récupérer ma couleur. "Pas de souci" !

La couleur pose... la couleur est rincée... le masque soin pose... et pendant ce temps, je l’entends dire au responsable qu’elle ne comprend pas, que cela ne prend pas... comme elle s’occupe de plusieurs personnes, et que je ne suis pas parano, je ne le prends pas pour moi.

Je passe au brushing et dès le départ je vois que mes racines n’ont absolument pas pris, et que le reste est foncièrement foncé. Je ne dis rien... et le coiffeur, Cyril, me coiffe comme si de rien était... nom d’un chien si moi, je le vois, lui qui a le nez dessus il doit bien remarquer qu’un truc cloche... non, non, il continue... alors je lui fait remarquer... Ahhhhh oui, vous avez raison (et Ducon, tu me prends pour une truffe). Et là bien sur, il appelle Jessie pour lui faire remarquer (alors que je vous le rappelle, elle l’avait prévenu !). Et là tous les deux, ils sont vraiment étonnés, atterrés, désolés et me proposent de tout refaire... non, là les gars, vous ne touchez plus à rien... toi tu brushes et moi je me casse !

Ce qui me tue le plus, ce n’est pas tant la couleur ratée (même si cela me met dans une rage de malade), c’est le fait que si je n’avais rien dit, ou que si j’avais été absorbée par la lecture de Voici, le responsable aurait continué sans rien faire et qu’il m’aurait fait payé le prix fort.

Alors les gars, c’est facile de faire de la quantité avec des offres comme Groupon mais le but du jeu est de fidéliser la clientèle, pas de la faire fuir.

Donc évitez le Salon Camille Albane, 152 rue de Charonne, Paris 11eme

     
 

Catégories

Beauté

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus