Mon temps suspendu avec Yuko Shimizu

Un moment magique avec la maman d’Hello Kitty et de Rebecca Bonbon

Une des principales raisons d’aimer mon métier est de pouvoir faire des rencontres improbables. Et quand vous rencontrez des gens qui marquent votre vie, c’est encore plus beau...

J’ai deux mascottes qui me sont indissociables : Mario et Hello Kitty. J’ai donc une suprême admiration pour leurs créateurs. Et de pouvoir les approcher, leur parler me ravit et me remplit d’émotion.

Un jour je vous raconterai comment, j’ai taillé le bout de gras avec Myamoto dans un Starbuck Coffee de Los Angeles (craneuse, oui, je sais). Mais aujourd’hui c’est de ma rencontre avec la maman d’Hello Kitty et de Rebecca Bonbon dont je vais vous parler.

Imaginez, il fait beau, fin d’après-midi sur une jolie petite place parisienne ombragée. Yuko Shimizu est là à siroter une menthe à l’eau avec son énorme peluche Rebecca Bonbon à ses cotés. Elle m’attends. Cette femme est belle, son visage est d’une douceur extrême, zen et aucune ride ne vient trahir son âge qu’elle ne cache pas, 65 ans. Dessiner de jolis personnages est certainement un secret de jeunesse éternelle. Et c’est avec beaucoup d’émotion que nous commençons à bavarder. Ne vous étonnez pas, le sujet d’aujourd’hui est bel et bien la nouvelle héroïne de l’illustratrice, Hello Kitty ne fait plus vraiment partie de sa vie...

Yuko, avec Hello Kitty nous n’avons pas eu l’habitude de vous voir, aujourd’hui avec Rebecca bonbon vous sortez de l’ombre ?

Rebecca est encore un tout petit bébé, elle a besoin encore d’avoir sa maman pour l’accompagner. Et c’est ce que je fais aujourd’hui à l’occasion de la Japan Expo et j’en suis ravie. Hello Kitty se débrouille très bien toute seule...

Alors justement présentez nous Rebecca Bonbon

C’est une petite bouledogue française née à Paris, qui a été recueillie par une américaine qui l’a emmenée avec elle à New-York. Elle font toutes les deux le tour du monde. Le nom de Rebecca m’a été inspiré d’un roman des années 30 que j’avais beaucoup aimé et je trouvais que cela lui allait parfaitement.

Elle a été crée il y a environ 6 ans, et l’année d’après nous avons commencé à sortir les premiers produits à son effigie dans les quartiers de Shibuya et de Harajuku.

Quelle a été votre source d’inspiration ?

Je feuilletais un livre de photos de chiens, et je suis tombée sur un petit bouledogue français et blanc, très mignon avec de bonnes bajoues et à partir de là j’ai eu envie de créer ce personnage parce qu’il avait la même expression coquine que mes chats. J’étais sure que l’on pouvait faire des choses mignonnes avec ce petit chien.

A-t-elle tout de suite reçu l’adhésion du public ?

Cela a fonctionné tout de suite. Dès le lancement, nous avons eu beaucoup de chance parce que elle a été prise par un magasin très prescripteur à Tokyo, le 109, un des plus gros magasins de Shibuya. Il faut savoir que cela a tellement bien marché qu’il existe au Japon une crème pour les mains Rebecca Bonbon, et elle a été N°1 des ventes du quartier au moment de sa sortie.

Aujourd’hui, Rebecca existe en tant que mascotte et est présente sur des produits tels que de la papeterie ou des T-Shirts, la verra-t-on un jour dans un dessin animé ?

Au Japon, nous avons fait un prototype de dessin animé qui est plutot réussi, je trouve, et nous sommes bien partis pour faire un vrai dessin animé pour le public de Rebecca Bonbon. Et je suis très vigilante qu’elle garde son âme.

Aujourd’hui, à l’inverse d’Hello Kitty, Rebecca est votre propriété ?

Oui, tout à fait.

Avez-vous un droit de regard sur les produits dérivés ?

En fait, je reçois un rapport détaillé de la société Crown de tout ce qui est fait autour de Rebecca Bonbon et à partir de là je regarde tout ce qui va être produit. Je peux refuser s’il y a des choses qui ne me semblent pas pertinentes mais pour l’instant la communication est bonne et c’est la clef du succès.

Entre Hello Kitty et Rebecca, y a t il eu d’autres personnages ?

Oui bien sur, j’ai créé une multitude de petits personnages qui ont eu leur vie mais ils n’ont pas eu le succès ni d’Hello Kitty ni de Rebecca Bonbon. Mais vous savez, j’ai déjà imaginé toute une ribambelle d’amis pour Rebecca et vous les découvrirez bientôt. Mais pour l’instant, on s’occupe de notre bébé Rebecca, elle est si petite !

Le lancement s’est fait en Asie, aujourd’hui la France et l’Europe, avant les USA ?

Oui, ils ne feront connaissance avec Rebecca qu’en Septembre. Normal que la France soit privilégiée, Rebecca est française ! Mais c’est surtout parce que la société qui gère Rebecca ici en Europe, Frementle, a mis beaucoup d’energie et de motivation dans la mise en avant de ce personnage. Ils se sont tellement donnés du mal, il semblait évident que le lancement serait un succès.

Bon là, le temps suspendu l’a été vraiment par l’attaché de presse qui m’a discrètement fait signe que c’était la fin... Dommage, j’aurai aimé poursuivre, lui raconter Paris, en savoir plus sur elle, tellement de choses... Bon, pour que je ne sois pas trop triste elle m’a fait de jolis petits cadeaux et comme une gamine, j’ai adoré...

Bon comme moi aussi, j’aime gâter les gens que j’aime, j’avais prévu un petit présent pour qu’elle emmène un peu de Paris, qu’elle découvrait pour la première fois, chez elle. Et je crois que le livre de photos "Paris entre Chats" lui a plu. Elle n’arrêtait pas de dire "Kawaï" à chaque page feuilletée...

Jolie rencontre...

     
 

Catégories

Bidules

Tags

InterviewFemmesJaponKawaï
En savoir plus : Rebecca Bonbon

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus