Mes Régalades !

Si je vous dis l’Ile de Ré, je suis sure que vous connaissez et tout de suite vous pensez maisons blanches, roses trémières, et... ses touristes bobos à vélo !

Pourtant, le territoire rétais, ce n’est pas que ça, c’est surtout un vrai patrimoine culinaire grâce aux producteurs locaux qui sont l’âme de l’Ile. Et ces producteurs ont bien du mérite surtout après ce qu’ils ont vécu avec le passage de la tempête Xinthia.

J’ai eu la grande chance de passer deux jours de découvertes gourmandes sur cette terre de saveur pour fêter l’arrivée de la pomme de terre AOP et participer ainsi à la 6ème édition des Régalades.

Alors c’est quoi les Régalades ? C’est une initiative, intelligente et originale, des restaurateurs, maraichers et producteurs de l’Ile.

En effet, D’un coté vous avez les chefs qui vous concoctent des menus pleins d’imagination et de créativité (je suis devenue fan de la glace à la pomme de terre de Laurent Favier).

Et de l’autre, des balades à vélo à travers les marais salants, champs et vignes avec des pauses dégustations (bien méritées et bienvenues). Ces parcours sont conviviaux, pédagogiques sans être barbants et surtout quel plaisir d’avoir le nez au vent dans de si beaux paysages.

JPEG - 160.7 ko

Bref, vous le comprenez, j’ai passé deux jours à manger et à boire... sans jamais le regretter.

JPEG - 130.7 ko

Menu autour de la pomme terre avec pour centre une éclade (fruits de mer cuits au feu de bois sur une couche d’épines de pins et de pomme de terre - juste une tuerie). Et un conseil, ajoutez à ces pommes de terre (attention ne jamais dire patate au risque de vous faire expulser de l’Ile) une lichette de beurre AOP de Charente Poitou pour lui donner une nouvelle dimension. Et bien sur, ne pas oublier d’accompagner ces mets divins des vins de l’Ile (j’ai adoré le Sauvignon blanc... oui moi qui d’habitude ne voit que rouge, celui là ne m’a pas quitté des deux jours).

JPEG - 119.3 ko

Passage incontournable par les marais salants et accueil chaleureux des sauniers (charmants, les sauniers, charmants...) où j’ai tout appris de la récolte manuelle du sel marin et qui va me faire aimer encore plus la fleur de sel.

JPEG - 121.2 ko

Ensuite visite dans une Oursine spécialisée, comme son nom l’indique parce que l’on ne vous la fait pas, dans la production des oursins. Bon sa reproduction n’a plus aucun secret pour moi, je rêve presque de participer à questions pour un champion et de tomber sur une question fruits de mer ! Non, sans rire c’était passionnant !

JPEG - 123.9 ko

La bière vous aimez ? Donc direction la brasserie artisanale de l’Ile où vous serez accueillis comme des rois par un couple passionné. Je suis honnête, je vous parlerai pas des différentes saveurs proposées car je n’aime pas la bière. Mais mes compagnons de voyage eux ont poussé des petits cris de satisfaction qui ne trompent pas. Non, je ne suis pas restée à sec, je me suis délectée de leur merveilleuse limonade.

JPEG - 76.4 ko

Pour finir, quoi de mieux qu’un cognac, non ? Et s’il est le fruit de la combinaison des savoir-faire ancestraux de la distillerie Camus (Non, même si j’adore ce nom, je n’ai malheureusement aucun lien avec cette famille, et là j’en suis navrée...) et des raisins de l’Ile, cela donne un cognac frais et iodé tout en rondeur et finesse. (Dégustez le glacé, c’est un conseil d’amie...).

Alors, si vous aussi vous alliez vous faire une autre idée de cette merveilleuse île ? Et au retour, je suis sure que vous aussi vous serez comme moi, n’avoir qu’une hâte... y retourner !

     
 

Catégories

FoodÉvasion

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus