30/01/2012

Mais c’est quoi le pineau des Charentes ?

Si on m’avait dit un jour que je me retrouverais tout un week-end à Cognac, pour découvrir et apprécier le pineau des Charentes, je ne vous aurais pas cru !

C’est pourtant bien ce qui c’est passé le week-end dernier. Le rendez-vous était pris pour 11h, gare Montparnasse. Nous voici tous embarqués, une bande de joyeux bloggeurs, direction le sud de la France. Trois heures de train plus tard (et un éclair façon Paris-Brest), nous arrivons enfin à Cognac. A peine arrivés, nous prenons la direction de l’exploitation de Jean Marie Baillif, viticulteur au Domaine du Chêne (à Saint-Palais de Phiolin).

JPEG - 959 ko

Visiblement passionné par son métier, le monsieur a tenu à nous expliquer toutes les étapes de la fabrication d’un pineau. Ne me demandez pas de tout vous retranscrire, j’en serais incapable (oui je suis très mauvaise élève). J’ai juste retenu les grandes étapes.

JPEG - 724.8 ko

Pour faire un bon pineau, il faut d’abord faire du cognac, et donc faire chauffer à très forte température le raisin. On obtient alors de l’eau-de-vie de cognac. Il faut ensuite broyer, et faire cuire si besoin, une autre fournée de raison. On obtient donc du moût de raisin, qui est ensuite mélangé et dilué avec une eau-de-vie de cognac âgée de plus d’un an. Les proportions : 3/4 de moût, 1/4 d’eau-de-vie de cognac. C’est assez clair ?

Il existe trois types de pineau : le blanc, le rosé et le rouge. Chacun possède évidement ses caractéristiques et un arôme différent. Avec le même raison, cela sa préparation et sa macération, on peut obtenir différentes couleurs et surtout saveurs.

JPEG - 717.2 ko

Pour la dégustation, c’est assez facile : très frais. Et sachez que le glaçon n’est pas une hérésie. Si une bouteille reste ouverte et que vous souhaitez la conserver (ce qui n’arrivera pas souvent), le pineau s’accommode très bien au frigo, fermé et debout. A savoir par contre qu’un pineau, une fois mis en bouteille, n’évolue plus. Inutile donc de le conserver pour le faire vieillir, buvez-le !

Sur ces bonnes paroles, que seule une alcoolique pourrait prononcer, je vous laisse, un verre de pineau rosé à la main. Prochaine étape de ce week-end à Cognac : le restaurant et la visite de Cognac. Miam !

     
 

Catégories

FoodÉvasion

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus