10/06/2013

Les Francos Gourmandes, ce concept génial

Si vous n’avez jamais entendu parler des Francos Gourmandes, laissez-moi vous expliquer, en quelques mots, le concept. C’est finalement assez simple et surtout très fédérateur. Cet évènement réunit deux choses que nous adorons : la bonne bouffe et la bonne musique !

Ce festival se déroulait ce week-end (7, 8 et 9 juin 2013) à Tournus (en Saône-et-Loire) et accueillait de multiples artistes : Tryo, Jimmy Cliff, Zaz, Orelsan, Tété, Sanseverino...
Et c’était plus particulièrement pour Orelsan que je m’y suis rendue vendredi soir. C’est un artiste que j’ai appris à connaître et à aimer (ce n’était pourtant pas gagné, je n’aime pas vraiment le rap français d’aujourd’hui). Après l’avoir apprivoisé, je suis tombée sous le charme de ses textes, percutants et francs, et souvent décriés. Ses morceaux sont travaillés et les intrumentales riches, là est toute la différence avec les autres rappeurs je pense.
Le voir en concert est encore plus puissant, il se donne à fond, j’ai franchement adoré !

Mais avant de profiter de ce spectacle, nous avions quelques heures de libre pour découvrir le festival et déguster des gourmandises. Nous nous sommes donc dirigés vers l’allée des chefs : pour le festival, de grands chefs, dont le parrain Christophe Michalak, ont chacun imaginé un plat. Le choix est difficile, mais nous avons craqué pour la "Mozza di Buffala, crème d’anchois, purée de jaune d’oeuf, pain et herbes" des chefs Simone Tondo et Michael Greenwold. Sous un chapiteau installé et équipé pour l’occasion, nous dégustons notre plat. Autant vous dire que nous avons essayé au mieux de prendre notre temps et de s’en délecter au maximum, car 13€ pour une boule de mozzarela et quelques accompagnements, nous avons trouvé ça un peu excessif et frugal. Bien évidement, le plat était absolument délicieux. Les produits sont de qualité, cela se sent, et l’harmonie est succulente. Mais nous sommes restés sur notre faim, nous aurions préféré payer un peu plus cher et avoir un menu plus copieux (plat + dessert). Là, si nous souhaitions ajouter un dessert à notre mozza, il fallait rajouter encore 13€ chacun... Ce n’est pas faute d’avoir bavé devant la "tarte macaron aux fruits rouges" de Gilles Fraïoli.
Un peu frustrés, nous avons continué notre tour dans le festival, écumant les stands tantôt de vivres, tantôt de boisson, pour finalement craquer (enfin seulement monsieur) pour un sandwich et un pot de cookies.

Passé cette désillusion, j’ai apprécié cette grande première pour moi. Un festival où règne bonne ambiance, des stands intéressants, des offres de restauration de qualité, des artistes hétéroclites...
Pour l’année prochaine, si vous êtes dans le coin, ou si un artiste vous plaît, n’hésitez pas à faire quelques kilomètres et à venir faire la fête en Saône-et-Loire.

     
 

Catégories

Évasion

Tags

ArtBonne adresseGourmandiseVoirVoyage
En savoir plus : Francos Gourmandes

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus