Heavy Rain s’offre une avant-première de cinéma

Hier soir, nous avions décroché notre sésame pour assister au lancement mondial du jeu tant attendu de David Cage : Heavy Rain.

Donc dès 19h30, nous étions sur le tapis rouge du Gaumont Marignan pour faire une entrée de star. Bon, nous sommes vite revenus sur terre, nous ne sommes que des starlettes car les minutes furent longues, très longues et les pieds ont eu le temps de geler avant que nous puissions entrer au chaud dans l’enceinte du cinéma.

Mais notre patience fut récompensée et de charmantes hôtesses nous ont passé au poignet un joli bracelet bleu qui mous permettra à la fois d’entrer, d’assister à la présentation, boire une coupe de champagne et de repartir avec le jeu. Alors pensez-bien ce bracelet valait tous ceux des plus grands joaillers !

Effectivement le champagne était délicieux surtout quand il est bu entre gens de bonne compagnie (je ne parle pas vraiment des peoples présents).

Puis vint le moment de la présentation. Cela fait toujours drôle, d’avoir sur son siège un joli papier "VIP" mais on s’y fait... Et pour preuve, que l’on nous a bien traité, un panier repas nous attendait... Bref, ce qui fut le moment fort c’est la présentation de la genèse du projet et surtout celle des acteurs du jeu par David Cage. Oui, acteurs comme dans un film. Car aujourd’hui, le jeu évolue tellement que l’on a besoin de vrais jeux d’acteurs pris sous motion-capture. Donc sur la scène, une vraie équipe de comédiens, un chef décorateur, un compositeur... quand je vous dis que le jeu vidéo évolue...

Et puis, ce fut le drame... non j’exagère, mais je n’ai pas très bien vécu la suite de la soirée. Comme pour un film, on nous a présenté les 50 premières minutes du jeu... Bien sur la force d’Heavy Rain est que ce que l’on nous a présenté est une proposition parmi des dizaines d’autres suivant les choix que l’on fera... Mais moi je ne veux rien voir avant... Je veux découvrir de A jusqu’à Z manette dans la main. Alors, comme j’étais un peu coincée dans ma travée, et que je ne pouvais pas quitter discrètement la salle, j’ai passé toutes ces longues minutes, tête baissée, le nez sur mon iPhone à twitter avec les copines qui elles essayaient de s’échapper du match de foot.

Quand la salle s’est rallumée, j’avais un torticolis mais j’étais très contente de mon exploit et je n’avais qu’une hate, c’est de récupérer mon jeu pour aller tranquillement le découvrir dans mon canapé. C’est ce que j’ai fait, mais ça c’est une autre histoire que je vous raconterai bientôt...

     
 

Catégories

HighTech

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus