Cristina Cordula ou ma journée de rêve... brisé

Part 1 - Le Coiffeur

En préambule à cette petite histoire, je tiens à préciser :

  1. Rencontrer des "peoples" de télé réalité ne me fait ni fantasmer, ni baver, ni sauter de joie... je m’en fous
  2. Je ne suis pas désespérée sur mon physique, il faudrait peut-être... mais non, je suis assez bien dans ma peau.

Ceci étant posé, je vous raconte... (j’ai peur que cela soit un peu long mais bon on a le temps, non ?)

Il y a quelques mois, plusieurs amies de la blogosphère ont rencontré la relookeuse de M6, Cristina Cordula pour la sortie d’un de ses bouquins. Elles sont toutes revenues avec des "ah", des "oh", des "elle est tellement sympa"... bref conquises les minettes. Donc quand la Dame a eu besoin de modèles pour son nouveau livre, et qu’elle avait du mal à trouver, les copines ont lancé des appels sur leurs blogs et une d’entre-elles m’a dit pourquoi tu n’y vas pas ? Il faut préciser que le thème dudit bouquin est le relooking des rondes (oui, vous savez ce mot politiquement correct pour ne pas dire grosses). Et oui, je suis dans la cible...

Après réflexion, je me suis dit pourquoi pas en effet. Moi, mon moteur est de pouvoir vivre des expériences sympas, originales et amusantes. Et passer une journée avec la Dame, à me faire chouchouter, coiffer, maquiller, habiller, cela pouvait être sympa, non ? Alors c’est avec le sourire que j’ai envoyé une photo, puis je suis allée au casting.

Au casting, justement Madame Cordula était là entourée de son assistante, de l’éditrice et de la photographe. J’ai été regardée sous toutes les coutures et là j’ai eu un coup de foudre... pour Laurence et son appareil photo. Cette fille respire la joie de vivre Rock’n Roll (en plus elle m’a dit que j’avais de belles fesses, et ça ... bref je m’égare). Et tout d’un coup, j’avais vraiment envie de vivre l’expérience, parce que je savais que cette fille allait tout faire pour me rendre jolie. Je parle toujours de Laurence, là, parce que Dame Cristina était gentille mais pas chaleureuse du tout, et avait déjà décidé en moins de 5 secondes à quelle sauce j’allait être mangée.

Et puis... j’ai appris que j’étais retenue... bon je ne vous cache pas que mon nombre de followers twitter et mes blogs qui marchent plutôt très bien ont bien aidé au choix (une reflexion faite plus tard me l’a renvoyé en pleine figure).

Alors entre l’annonce de la nouvelle et le jour du relooking, pas folle la guêpe, j’ai fait une petite recherche sur le coiffeur à qui j’allais offrir ma tête. Et là que du bon... Massato est un coiffeur réputé et sur son site il est indiqué dans mauvais français traduit du japonais, que l’homme privilégie le dialogue, le conseil, vos habitudes de coiffage et la nature de vos cheveux. Donc tout va bien ! Car oui mes cheveux, c’est un peu mon obsession.

Alors, le fameux jour arrive et j’arrive toute guillerette à l’heure au Salon. Toute l’équipe arrive aussi, oui il en faut du monde. Laurence et son adorable Antonin en charge de l’image et de la mise en lumière, l’éditrice, et Dame Cordula et son assistante. Je me sens un peu seule, je ne sais pas trop où aller, que faire, pour l’instant je n’existe pas pour Cristina. Il est tôt, chacun demande un grand café, moi aussi, tout le monde en a un, pas moi... pas grave... plus tard, j’ai fait du charme à la mignonne assistante de Massato et j’ai eu un thé.

Puis Massato arrive, regarde les photos prises au casting, me regarde, me fait comprendre que je ne ressemble à rien. Bon il faut dire qu’il n’avait vraiment pas tort, il y avait eu les vacances, l’annonce de ce relooking, et je n’avais pas rendu visite à ma coiffeuse préférée depuis presque deux mois, j’avais d’immenses racines blanches, pas de coupe et mon roux était queue de vache... Mais bon, j’étais entre de bonnes mains...

Puis Dame Cristina est arrivé et ils ont commencé à parler ensemble comme si je n’existais pas... j’entendais "elle ressemble à une sorcière"... "elle a une boule dans le dos, il faut la cacher avec les cheveux"... (moi qui n’était pas désespérée je le devenais) et puis, et là horreur malheur... j’ai essayé d’ouvrir la bouche... oh j’avais juste envie de ce dialogue que l’on me promettait... j’ai essayé de dire qu’il ne fallait pas croire que mes cheveux était souples car là j’avais un brushing, que mes cheveux étaient une calamité car ils ne frisent pas ils moussent, que je suis nulle dès que j’ai un sèche-cheveux et une brosse à la main, que les cheveux courts c’était vraiment une galère pour moi... en fait leur expliquer ces cheveux que je connais si bien depuis 46 balais... bref des détails...

Et là, je les ai vu se regarder complices, éclater de rire, se foutre ouvertement de moi et... tout d’un coup j’ai vu le visage de Cristina se fermer, se positionner à 2 cm du mien, et m’engueuler dans une colère froide... en résumé, j’avais accepté d’être là et je n’avais qu’une chose à faire me taire (c’était qui la sorcière là ?).

Et comme une gamine, oui, j’ai fermé ma gueule... j’aurai pu (du ?) partir, mais je crois que finalement je suis une fille gentille et polie, qu’effectivement je m’étais engagée, qu’une équipe était là, et je me suis sentie incapable de réagir. Et dans ma tête, je suis partie dans un processus qui ferait j’attendrai que cela se passe, avec le sourire... Un jour, je serai une bad girl... un jour...

Et puis là le Maitre a coupé, coupé, coupé et moi intérieurement je pleurais, pleurais, pleurais car je savais que jamais je pourrais me recoiffer...

Puis est venu, le temps de la couleur... il faut vous expliquer que Cristina avait pris en horreur mon roux... qu’elle appelait rouge... orange j’aurai à la rigueur accepté mais rouge, non Cristina... pour une relookeuse qui connait si bien les couleurs, c’est pas top... tout ça pour dire que ce roux qui fait ma personnalité, voire ma signature allait disparaitre.

Je me suis demandé un moment si j’étais arrivée brune, elle n’aurait pas choisi le roux, parce que le principal pour elle, c’est que sur la photo, cela change radicalement.

Donc, la coloriste m’a pris en main, tout en bavant méchamment sur les coiffeurs qui avaient osé me faire une telle couleur. Mais pas de panique, elle, elle était pro et elle allait vite faire disparaitre tout ça dans un brun chaud. Et c’était parti... et effectivement, finie la flamboyance, me voila brunette.

En revanche, Mademoiselle la Coloriste hyper pro, vous n’auriez pas oublié que j’avais des racines blanches et le reste en roux quand vous avez appliqué uniformément votre formule magique ? Résultat, j’ai une couleur à étages, c’est charmant, vraiment... mais c’est certainement votre magic touch !

Puis Maitre Massato est revenu avec ses ciseaux et a recoupé, recoupé, recoupé... là c’est bizarre mais je n’avais plus cette fameuse boule dans le dos à camoufler (qui je dois vous le dire n’existe pas mais qui depuis m’obsède).

Et Cristina dans tout ça ? Bah, pas super présente, il faut dire qu’il fallait qu’elle revoit sa coupe, fasse passer un casting, overbookée... et puis quand même... à la fin, elle est arrivé, sourire aux lèvres... oui, Dame Cristina a toujours le sourire quand elle est en représentation et qu’un appareil photo est braqué sur elle... et m’a sorti son célèbre "Mé Tou é Magnifiiiik"... j’ai dit oui... "tellement plus classe"... j’ai dit oui... (vous savez le fameux processus, qui m’oblige à acquiescer avec le sourire) mais non en fait...

JPEG - 101.3 ko

Soyons très honnête, la coupe est bien, la couleur me va mais... comme m’ont dit plusieurs amies, "tu es mignonne mais tu es devenue classique, plus passe-partout, plus banale"... voilà voilà voilà... c’est donc ça se faire relooker, ne pas prendre en compte 30 secondes la personnalité ? J’ai l’impression d’être dans la peau d’une autre, plus tristoune... En plus, ils avaient tellement lissé que j’avais l’impression d’avoir pris 10 ans de plus, alors que moi ce genre de coupe, je la vois chiffonnée, sauvage, pour donner du peps, de la vie...

Et puis surtout, avec ma nature de cheveux, elle est incoiffable cette coupe de retour à la maison ! Et ça, ce n’est pas très fair-play de leur part... car ils devraient penser qu’une fois la photo faite et bien la vie reprend, et elle doit reprendre avec le sourire et le bien-être... et là moi le matin, je galère, je perds du temps, je peste, je déprime...

Allez sourire... Comme m’a dit Cristina, le cheveux cela repousse et la couleur cela se change... oui oui oui mais au fond, Cristina, c’est pas un peu bizarre, cette réflexion, si tu es aussi sure de toi ????

Bon passons au truc qui lui peut n’être que cool... les conseils et les tenues... Cool, vous croyez ça ? Bah pas tant que ça mais on verra ça la prochaine fois...

     
 

Catégories

Beauté

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus

 @NoemieLacarelle