16/04/2009

Caroline Vermalle - L’avant-dernière chance

Chaque année, la fondation Bouygues Télécom-Métro décerne un prix « Nouveau talent » en publiant l’œuvre d’un(e) jeune écrivain. Seule contrainte pour ces auteurs : intégrer le langage SMS et des messages instantanés à son histoire. Une manière tout à fait originale et sérieuse de mettre en avant ce nouveau mode de communication. L’année dernière, la même fondation avait récompensé Coline Lemeunier pour son livre 1TOX et nous avions aimé le style et le principe. Voyons si le cru 2009 est aussi bon.

Synopsis : À Londres, lors du tournage d’une fiction pour la télévision, Adèle, une jeune stagiaire française, reçoit un texto totalement inattendu et absolument irréel : son grand-père, mort quelques jours auparavant, lui souhaite un joyeux anniversaire…

Adèle se remémore alors les événements de ce dernier mois. Son papy, Georges, quatre-vingt-trois ans, les pieds plantés dans son potager, enraciné dans sa bonne vieille terre du Poitou, a subitement décidé de partir pour un tour de France avec son voisin et ami Charles, soixante-seize ans. Sa petite-fille a découvert leur projet et, inquiète pour la santé de son aïeul, lui a fait promettre de lui envoyer des nouvelles tous les jours par texto. Commence alors une drôle de correspondance, tendre et complice, entre le grand-père et sa petite-fille, qui ne se sont pas vus depuis dix ans.

Avis : Caroline Vermalle nous livre ici une œuvre touchante et émouvante qui se lit d’une traite tellement elle est passionnante. On suit avec plaisir l’épopée de Georges, le grand-père, à travers une France fraîche et haute en couleur. On découvre ou redécouvre, avec enchantement, les paysages de nos campagnes. Mais derrière ce fascinant panorama se trouve aussi et surtout l’histoire d’une relation retrouvée entre un grand-père et sa petite fille, grâce aux SMS. Ce nouveau lien nous fait réfléchir sur nos propres relations avec notre famille, et plus particulièrement nos grands-parents. Cela nous encourage d’ailleurs à renouer des liens et à reconsidérer notre opinion sur les personnes âgées. Une phase du livre qui en dit long : « les personnages âgées n’étaient décidément pas telles qu’on les voyait ! ». Une œuvre pleine de douceur et de tendresse à lire ou à offrir d’urgence. On regrette juste qu’elle se lise aussi rapidement.

L’avant dernière chance, par Caroline Vermalle, Editions Calmann-Levy, env. 8,90 euros.

     
 

Catégories

Bidules

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus