3/11/2009

Brütal Legend (Xbox 360, PS3)

Lorsque l’excellent Tim Schafer, auteur des fameux dialogues de la série des Monkey Island, et l’inimitable Jack Black, connu pour ses rôles loufoques mais brillants, se réunissent autour d’une table et décident de faire un jeu vidéo, celui-ci ne peut qu’être atypique et complètement déjanté. Et c’est ainsi que l’on peut résumer le fruit de leur travail Brütal Legend : atypique et déjanté.

Le jeu annonce tout de suite la couleur : dès le début une vidéo de Jack Black se lance et l’acteur nous emmène à la découverte d’un vinyle contenant le précieux sésame, le jeu. Brütal Legend met en scène l’étonnant Eddie Riggs, un roadie. Un roadie est un homme de l’ombre qui s’occupe des musiciens et de leurs instruments durant leur tournée. Boulot ingrat mais satisfaisant lorsque l’on aime le métier et la musique. Mais lors d’une soirée, le concert se transforme en trou de l’enfer et notre héros est transporté dans un univers fantastique : le monde du Métal. Mais seulement les dieux du Métal ont disparu depuis longtemps, laissant les hommes aux mains d’une bande de démons qui les asservissent. Eddie Riggs apparait donc comme l’Elu pour libérer les humains de ces créatures. Sa mission principale sera d’ailleurs de recruter une armée pour libérer le monde de l’emprise du méchant Doviculus. Cette armée sera constituée de métalleux aux grands cheveux long et au dos courbé. Le décor est planté ! Amoureux du rock et du métal, vous allez adorer.

L’ambiance du jeu est franchement très bien réalisée. Sans tout de suite parler de la bande son, qui est bien sûr exceptionnelle, les graphismes et l’environnement de jeu respecte parfaitement l’ambiance et l’état d’esprit du métal. Des menus très gothiques, des ennemis tout droits sortis de jaquette de CDs, un monde fantastique, alternant tour à tour des couleurs vives et une ambiance sombre et inquiétante. Même si l’on est pas du tout adepte de ce style, on rentre très vite et très facilement dans tout cet univers propre au métal. La musique, quant à elle, est un véritable hymne au heavy. Du très bon son qui s’adapte à toutes les situations. Alors n’étant pas une grande connaisseuse je ne vous citerais aucun nom ou morceau, mais je peux vous assurer que ça dépote ! En plus de ça, le jeu ne se contente pas d’être un beat them all, où le but est de tuer tout ce que vous rencontrer. Vous aurez aussi des phases musique, un peu à la Guitar Hero, où vous devrez, pour invoquer des monstres ou votre voiture, jouer un morceau et appuyer sur les bonnes touches au bon moment. Très sympa !

Pour les phases de combat, car c’est quand même ce qui nous intéresse le plus, vous aurez deux armes, une hache à double tranchant pour les phases de corps à corps ou une guitare électrique, pour tous les combats à distance. Vous pourrez, grâce à votre talent de musicien, électrocuter les ennemis simplement par le bon son de votre guitare. Vous pourrez aussi faire quelques attaques spéciales, des combos ou invoquer des pouvoir très anciens. Les phases de combat pourront se faire complètement seul ou en équipe. Une fois à deux, vous pourrez exécuter des attaques communes. Et lorsque vous aurez recruté votre armée, vous pourrez la contrôler et lui donner l’ordre d’attaquer ou de suivre. Le gameplay est donc très diversifié mais surtout très jouissif, intuitif et efficace. On rentre très vite dans le jeu et les commandes sont faciles à retenir et à exécuter.

L’autre bon point du jeu, qui est sans doute le meilleur, est l’humour. Omniprésent dans les dialogues et dans l’histoire, la perspicacité et le tranchant du héros rendent les conversations irrésistibles. Le héros ne mâche pas ses mots et a toujours une petite réflexion décapante à sortir. On ne s’ennuie donc jamais. En plus de ça, Eddie Riggs, qui ressemble trait pour trait à Jack Black, est très charismatique et a vraiment l’étoffe d’un héros.

Brütal Legend a évidemment des points noirs, et pas des moindres. Les phases de courses en voiture, qui pimente le jeu, permettent de se déplacer dans le monde sans à marcher de longues heures. Mais voilà, se déplacer n’est pas une mince affaire. Aucune mini-carte ne nous indique où aller, les seules indications que l’on a sont des clignotants sur notre voiture, qui s’allume lorsqu’il faut tourner ou bifurquer. Mais ceux-ci s’allument souvent trop tard ou ne sont pas précis. Piloter la voiture est donc très laborieux et rendent les déplacements pénibles. Dommage car on adore le look de la voiture et surtout le bruit du moteur ! Quelques incohérences aussi dans le gameplay : par exemple, le héros ne peut pas sauter. Une commande toute simple qui a été oubliée, volontairement ou non. Certains pourront aussi trouver le titre trop court, en quelques heures de jeu, vous aurez fini toutes les missions principales mais aussi les secondaires. Ca c’est évidemment pour les plus doués d’entre nous. Les autres, moins doués de la manette, trouveront le temps de jeu tout à fait respectable.

Brütal Legend s’adresse directement aux amoureux du métal : l’ambiance respecte tout à fait les codes du style de musique. La bande son est tout simplement parfaite, les fans vont être servis et ravis. Les graphismes ne sont pas les meilleurs que l’on ai vu jusque là, mais l’ambiance est bien présente. Gore juste ce qu’il faut, assez facile mais très complet… il est assez plaisant d’évoluer dans ce monde. Le jeu n’est pas révolutionnaire, mais il est tout de même très original et vaut le coup d’être essayé ! Surtout si on aime la musique.

Brütal Legend Xbox 360, PS3
Editeur Electronic Arts
Développeur Double Fine Productions
Web BrutalLegend
Prix 69,90 €
Pegi 18+
     
 

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus