22/02/2007

Autour d’Ôkami : le monde flottant

Ōkami est en premier lieu un jeu qui permet la découverte de différents registres mythologiques du Japon traditionnel. Pour exemple, le loup, personnage principal, se nomme Amaterasu, nom qui fait référence à une divinité du Japon. Celle-ci avait la particularité de porter un habit blanc doublé de la couleur rouge, symbolique colorée que l’on retrouve dans le pelage du loup dans le jeu. Ce détail renvoie donc au thème de la symbolique de l’habillement au Japon.

Ōkami, c’est aussi et surtout un jeu qui évoque plein d’autres aspects du Japon traditionnel, dont l’expression d’un art, l’ukiyo-e. Art que l’on connaît, nous occidentaux, sous le terme d’ « images du monde flottant » et qui désigne l’estampe japonaise. Mais ce terme de « monde flottant » ne se limite pas qu’aux images (« e » en japonais), c’est aussi un concept, celui de l’impermanence du monde, de son caractère sans cesse changeant. Et c’est ce concept primordial qui structure l’ensemble du jeu.

Loin de moi l’idée de vous obliger à peindre des estampes à vos heures perdues. En revanche, prendre le temps de s’intéresser à la culture japonaise en consultant quelques ouvrages culturels est un bon début si vous souhaitez vous essayer à un mode d’expression dans les arts traditionnels japonais. Vous voulez essayer l’origami, cet art du pliage du papier ? Savez-vous d’ailleurs que le terme « origami » vient du japonais « orukami » ? Qu’ « oru » signifie « plier » et « kami » « papier » ? On retrouve le mot « kami » du titre du jeu, qui recouvre plein de significations différentes (selon l’écriture en kanji du mot). Dans le jeu, ōkami signifie « loup/louve », mais le mot « kami » signifie aussi « dieu/déesse », « divinité ». Bref, on retrouve autour d’un même mot les différentes thématiques qui y sont développées : le loup, la divinité, et le papier qui est peut-être celui de l’estampe-écran que l’on se met à calligraphier dans le jeu.

D’ailleurs, vous pourriez vous essayer à la calligraphie pour vous entraîner un peu. Ou tout du moins commencer à embellir au quotidien votre écriture avec ces pinceaux-feutres et pinceaux-stylos. Pour acquérir le geste exact en jouant à Ōkami, rien de tel ! Et puisque vous devez faire renaître la nature grâce à votre pinceau, pourquoi n’iriez-vous pas en apprendre un peu plus sur cet autre art ancestral du Japon, l’art de la composition florale ou ikebana ?

Allez, je sens que tout ça vous a donné mal à la tête ! Pour vous détendre, allez boire un petit verre de saké, servi par une poupée un peu particulière (non, ça n’est pas Kushinada, la brasseuse de saké du jeu !).

Kampai !

A lire dans le dossier "Autour du jeu du mois" :
- Autour d’Ōkami : Le monde mystérieux

A lire aussi :
- l’essai libre

     
 

Catégories

HighTech

Tags

RéflexionWebLireFringuesShoppingArtJaponVoirJeux vidéo

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus