Assassin’s Creed, quand le jeu vidéo fait son cinéma

Ce matin, j’ai eu la chance d’assister en avant-première au premier court métrage d’Assassin’s Creed. Oui, court métrage... et non, pas un film en images de synthèse, enfin pas que... un film avec de vrais acteurs.

Et oui, le jeu vidéo fait son cinéma. Mais ici, la démarche est un peu différente de ce que nous avons pu déjà voir dans la convergence cinéma-jeu vidéo. C’est une nouvelle expérience offerte aux joueurs et à un plus large public.

Ces court-métrages est un mélange d’images réelles et de synthèse. Les acteurs ont été filmés sur fond vert, ils ont ensuite été intégrés à l’intérieur du décor virtuel extrait des environnements du jeu. Hybride (300, SinCity) a développé des techniques internes spécifiques qui leurs permettent de projeter directement l’environnement du jeu sur le plateau de tournage, permettant au directeur et aux acteurs tournant sur fond vert d’avoir une vraie compréhension de l’environnement spatial dans lequel l’action se déroule.

Mais laissons la parole à l’équipe du film :


Assassin’s Creed fait son cinéma
envoyé par GamOngirlS. -

L’histoire de ces petits films (il y en a 3) se situent juste avant Assassin’s Creed II. Ils tournent autour du père d’Ezio, Giovanni Auditore da Firenze, et nous permettent de comprendre l’origine de la haine d’Ezio et de sa quête de vengeance. Le but déclaré est que les joueurs haïssent vraiment ses ennemis avant même qu’il ne commence à prendre la manette.

Après projection, j’avoue d’abord être frustrée. Frustrée que cela s’arrête si vite. C’est court 12 minutes. Ensuite, je suis bon public et je suis entrée très vite dans l’histoire et dans l’ambiance. J’ai été assez bluffée par l’aspect technique. Personnellement, je ne voyais pas un acteur évoluer sur des décors virtuels, je voyais un Assassin dans l’Italie de la Renaissance. J’en ai pris plein les yeux.

A la sortie, bien sur, il y a toujours les bougons qui sont les premiers à critiquer... pour critiquer. Moi, j’étais au spectacle et le spectacle m’a plu. Et cela m’a donné encore plus envie de jouer au jeu. Ubisoft aurait donc gagné son pari ?

Alors si vous aussi, vous voulez gouter à ce plaisir, rendez-vous le 27 octobre sur YouTube et le 12 novembre sur NRJ 12 avec une soirée spéciale Cinéma et jeu Vidéo animée par Bertrand Amar.

     
 

Catégories

BidulesHighTech

Tags

LiveVoirJeux vidéo

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus

 @NoemieLacarelle