Apple verdit, Second Life rougit

Soeur Anne, soeur Anne, ne vois-tu rien venir ? "Je ne vois qu’Apple qui verdoie et Second Life qui rougeoie"

Allez, c’est parti pour quelques applaudissements pour Mr Steve Jobs.
Vous vous souvenez de ce mauvais élève, pointé du doigt par Greenpeace jusqu’à présent pour ses pommes pas franchement vertes.

Ceux qui ont participé à l’opération Green my Apple peuvent se féliciter : Apple compte rattrapper sa mauvaise note de 2.6/10 et vise la moyenne. Evidemment tout ceci n’est pas encore idéal mais cela vaut bien la mention encouragements !

En revanche zero pointé pour Second life. Il semblerait qu’un alias virtuel ne soit pas gourmand qu’en Linden dollars mais aussi en énergie selon le journaliste américain Nicholas Carr.

"Nous fonctionnons tout le temps à pleine puissance, ce qui entraîne d’énormes dépenses électriques" déclare Philip Rosedale à la tête de Linden lab, la societé qui gère Second Life.

Environ 15 000 avatars, 12 500 connectés, 4000 serveurs sachant que chaque serveur consomme 250 watts et chaque ordinateur 120 watts par heure.

Nicholas Carr a donc fait ses petits calculs et en est venu à l’inévitable conclusion qui fait peur : un avatar Second life 100% pixels consomme autant d’énergie qu’un vrai brésilien 100% chair et poils. Deux fois plus qu’un algérien et un peu plus qu’un chinois. Dix fois plus qu’un camerounais. Et en poussant le bouchon un peu plus loin, ce même avatar consomme 1,17 tonnes de CO2 par an.

Tout ça pour remuer son popotin pixellisé en déambulant dans un jeu qui n’en est pas un, et qui coûte de l’argent bien réel... Il y’a de quoi en rougir non ? Evidemment du coup, la question se pose pour tous les mondes persistants du genre addictif...Interro surprise : un druide level 70 bouffe combien d’ours sur la banquise ?

     
 

Catégories

HighTech

Tags

PCChiffresJeux vidéo

  commentaire(s)

 Rechercher

 @SandrineCamus